Liens rapide


Ablation tumorale

Une solution minimalement invasive de traitement du cancer

Qu’est-ce qu’une ablation tumorale? 

Il s’agit d’une intervention minimalement invasive utilisée dans le traitement des tumeurs solides. On applique de l’énergie thermique ou des produits chimiques directement sur la tumeur afin de la détruire totalement ou en grande partie1. L’imagerie radiologique permet de guider et de positionner une aiguille spéciale dans la tumeur. Il s’agit d’une intervention percutanée, ce qui signifie qu’elle ne nécessite qu’une toute petite incision, habituellement de moins de 3 mm, par laquelle l’aiguille est insérée.

Son efficacité est maximale dans les types de cancers suivants:

  • Cancer du foie  
  • Cancer du rein  
  • Cancer du poumon 
  • Cancer des os 
    • Ainsi que les cancers qui ont métastasé dans ces régions. 

Intervention chirurgicale ou ablation? 

Les patients dont l’état ne leur permet pas de subir une intervention chirurgicale peuvent bénéficier d’une ablation tumorale : cette intervention comporte moins de risques et peut avoir une action soit palliative, soit curative sur leurs symptômes. Par ailleurs, les tumeurs de petite taille peuvent être traitées efficacement par ablation tumorale, ce qui évite d’avoir à recourir à une intervention chirurgicale beaucoup plus invasive. 

Techniques courantes

Il existe un grand nombre de méthodes d’ablation tumorale, que cette dernière soit réalisée de façon thermique ou chimique. Voici les plus courantes:

  • Ablation par radiofréquence: diffusion de courants électriques à haute fréquence par une électrode située dans l’aiguille, ce qui crée une petite zone de chaleur afin de tuer la tumeur. 
  • Ablation par micro-ondes: diffusion de micro-ondes par l’aiguille pour créer une petite zone de chaleur afin de tuer la tumeur de façon thermique
  • Cryoablation: utilisation d’azote liquide ou d’argon afin de créer un froid intense qui gèle la tumeur et la tue
  • Ablation chimique: injection de produits chimiques comme l’éthanol ou l’acide acétique directement dans la tumeur

Accès aux soins

Selon une étude de 2014 menée dans les hôpitaux de l’Ontario, moins de 45 % des hôpitaux offrent l’ablation tumorale; cependant, 75 % des hôpitaux seraient prêts à offrir ces services si on leur fournissait le financement approprié. Les hôpitaux qui offrent des interventions d’ablation sont concentrés dans la région de Toronto et dans le sud-ouest de l’Ontario. 

Avantages

  • Traitement du cancer chez les patients qui ne peuvent pas subir d’intervention chirurgicale 
  • Fort taux de réussite 
  • Rétablissement rapide 
  • Résultats prouvés 

Affiche


Liste des installations


Remarque : les renseignements contenus sur la présente page sont offerts uniquement à titre d’information et ne doivent pas se substituer aux conseils, au diagnostic ou aux traitements médicaux d’un professionnel de la santé. La liste fournie ici ne contient que les membres de l’Association canadienne pour la radiologie d’intervention (CAIR) qui ont signalé qu’ils effectuent l’intervention indiquée. Il est important de savoir qu’il ne s’agit pas d’une liste exhaustive de tous les médecins ou tous les établissements en mesure d’effectuer l’intervention. Les médecins dont les noms et établissements figurent dans la liste sont des membres de CAIR qui ont fourni leurs coordonnées volontairement. Nous nous efforçons de tenir ces renseignements à jour, mais CAIR ne garantit pas l’exactitude, l’exhaustivité, ni le caractère actuel des renseignements fournis. La présence d’un nom dans cette liste n’implique aucunement le soutien de CAIR ni une recommandation des services de cette personne.

Les patients sont encouragés à effectuer leurs propres recherches et à consulter un fournisseur de soins de santé qualifié afin de prendre des décisions éclairées quant aux soins qu’ils doivent recevoir. CAIR n’assume aucune responsabilité quant aux actions fondées sur les renseignements fournis sur la présente page ni quant à d’éventuelles erreurs ou omissions dans son contenu. L’utilisation de ces renseignements se fait à vos propres risques.

Pour toute demande ou vérification des compétences professionnelles et des qualifications d’un fournisseur de soins de santé, veuillez communiquer avec le comité ou l’autorité d’accréditation de votre région.


ALBERTA

Calgary

Foothills Hospital
1403 29th St NW
Calgary, Alberta T2N2T9
Canada

Dr. Stefan Przybojewski
Dr. Jason Wong
Phone: 403-944-4634
Fax: 403-944-1687
Email: stefan.przybojewski@albertahealthservices.ca
Email: wongjk@ucalgary.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Os
  • Tissu mou

Edmonton

University Hospital – Diagnostic Imaging
8440-112 St NW
Edmonton, Alberta T6G2B7
Canada

Dr. Philippe Sarlieve
Phone: 780-407-7881
Email: philippe.sarlieve@albertahealthservices.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein

COLOMBIE-BRITANNIQUE

Kelowna

Kelowna General Hospital
2268 Pandosy
Kelowna, British Columbia V1Y1T2

Dr. Nevin de Korompay
Phone: 250-862-4454
Fax: 250-862-4357

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

New Westminster

Royal Columbian Hospital
330 E Columbia St.
New Westminster, British Columbia V3L3W7
Canada

Dr. Zameer Hirji
Phone: 604-520-4640

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Vancouver

Vancouver General Hospital
899 W 15th Avenue
Vancouver, British Columbia V5Z 1M9
Canada

Dr. Anastasia Hadjivassiliou
Phone: 604-875-4111 ext 68612
Email: anastasia.hadjivassiliou@vch.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein

Victoria

Vancouver Island Health Authority
1 Hospital Way
Victoria, British Columbia V8Z6R5
Canada

Dr. Vamshi Kotha
Phone: 250-370-8000 ext. 14208
Email: vamshikotha@gmail.com

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Victoria General Hospital

1 Hospital Way
Victoria, British Columbia V8Z6R5
Canada

Dr. Paul Sobkin
Phone: 250- 727-4208
Email: paul.sobkin@islandhealth.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

MANITOBA

Winnipeg

St Boniface General Hospital
409 Tache Ave
Winnipeg, Manitoba R2H2A6

Dr. Suri Dhaliwal

Type de procédures ablatives:

  • Rein

NOUVELLE-ÉCOSSE

Halifax

QEII Health Sciences Centre
VGH, Victoria Building – 3rd floor North Wing, Dept of Radiology, 1276 South Park Street
Halifax, Nova Scotia B3H 4B2
Canada

Dr. Mike Rivers-Bowerman

Phone: 902-473-5477
Fax: 902-425-6199
Email: michael.rivers-bowerman@nshealth.ca
Website: https://medicine.dal.ca/departments/department-sites/radiology/contact/faculty/mike-rivers-bowerman.html 

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein

ONTARIO

Barrie

Royal Victoria Regional Health Centre
201 Georgian Drive
Barrie, Ontario L4M6M2
Canada

Dr. Arshdeep Sidhu
Phone: 905-728-9802
Email: asidhu@wedi.ca
Website: https://georgianvit.com

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Hamilton

Juravinski Cancer Centre
699 Concession Street
Hamilton, Ontario L8V 5C2

Dr. Sriharsha Atheya
Phone: 905-521-2100

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

St Joseph Healthcare Hamilton
50 Charlton Ave E
Hamilton, Ontario L8N 4A6
Canada

Dr. Oleg Mironov
Phone: 905-522-1155 ext. 35387
Fax: 905-540-6576

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Kingston

Kingston Health Sciences Centre
76 Stuart St
Kingston, Ontario K7L2V7

Dr. Ben Mussari
Phone: 613-548-2301
Email: ben.mussari@kingstonhsc.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein

London

London Health Sciences Centre

C2-200 Victoria Hospital-LHSC 800 Commissioners Road East
London, Ontario N6A 5W9

Dr. Amol Mujoomdar
Phone: 519-685-8500 ext 54965
Fax: 519-667-6872

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Western University
LHSC-VH, 800 Commissioners Rd E
London, Ontario N6A5W9

Dr. Derek Cool
Phone: 519-685-8500 ext 54965
Fax: 519-667-6872

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein

Oshawa

Lakeridge Health

1 Hospital Ct.
Oshawa, Ontario L1G 2B9

Dr. Sean Galante
Phone: 905- 576-8711 ext 33527

Email: vir@lh.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Scarborough

Scarborough Health Network
3050 Lawrence avenue east
Scarborough, Ontario M1P 2V5
Canada

Dr. Zain Badar

Phone: 416-431-8167
Email: Zbadar@shn.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

St. Catherine

Niagara Health
1200 Fourth Ave
St. Catharines, Ontario L2S0A9
Canada

Dr. Mahmood Albahhar

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Toronto

Humber River Hospital
1235 Wilson Ave
Toronto, Ontario M3M0B2
Canada

Dr. Edwin Zhang
Phone: 416-242-1000 ext 63311
Fax: 416-242-1078
Email: Edzhang@hrh.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein
  • Os

Toronto General Hospital and Mount Sinai Hospital
585 University Avenue, 1-PMB-294
Toronto, Ontario M5G 2N2

Dr. John Kachura
Phone: 416-340-4800 ext. 6779
Fax: 416-593-0502
Email: john.kachura@uhn.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Trillium Health Partners
2200 Eglinton Ave W
Mississauga, Ontario L5M 2N1
Canada

Dr. Tara Graham

Phone: 905-813-1100 ext 6255
Fax: 905-813-3956
Email: tara.graham@thp.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein

Vaughan

Cortellucci Vaughan Hospital
3200 Major MacKenzie Dr W
Vaughan, Ontario L6A 4Z3
Canada

Dr. Peter De Maio

Phone:905-417-2000 ext 2004
Fax: 905-883-0772

Type de procédures ablatives:

  • Rein

Windsor

Windsor Regional Hospital
1030 Ouellette Ave
Windsor, Ontario N9A 1E1
Canada

Dr. Jamil Addas

Phone: 519-254-5577
Fax: 519-258-9688
Email: Jamil.addas@wrh.on.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Dr. Matthew Rochon
Phone: 519-254-5577 ext 31330
Email: matthewrochon@gmail.com

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein

QUEBEC

Montreal

CHUM
1090 rue de Bleury
Montreal, Quebec H2Z0B7
Canada

Dr. Ricardo Holderbaum do Amaral
Phone: 514-659-3543
Email: rh.doamaral@gmail.com

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

CHUM
1000 St-Denis
Montreal, Quebec H2X 0C1
Canada

Dr. Jean-Sebastien Billiard
Phone: 514-890-8000
Email: js.billiard@umontreal.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Hôpital Sacré Coeur de Montréal
5400 Boul Gouin O
Montreal, Quebec H4J 1C5
Canada

Dr. Ahmed Bentridi
Phone: 514-338-2222 ext 2844
Email: ahmedbentridi@yahoo.fr

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Tissu mou

McGill University Health Centre
1001 Bd Decarie
Montreal, Quebec H4A 3J1
Canada

Dr. Louis-Martin Boucher
Phone: 514-934-1934 ext. 44454
Fax: 514-843-2893
Email: louis-martin.boucher@mcgill.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

Sherbrooke

Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke
3001, 12e av Nord
Sherbrooke, Quebec J1H5H3
Canada

Dr Maxime Noël-Lamy
Phone: 819-346-1110, ext 14964
Fax: 819-829-3296
Email: Maxime.noel-lamy@usherbrooke.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Poumon
  • Rein
  • Os
  • Tissu mou

SASKATCHEWAN

Royal University Hospital
103 Hospital Drive
Saskatoon, Saskatchewan S4N0W8
Canada

Dr. Robert Otani
Phone: 306-655-2371
Fax: 306-655-6304
Email: robert.otani@saskhealthauthority.ca

Type de procédures ablatives:

  • Foie
  • Os

Liens rapide


Que sont les fibromes utérins ?

Les fibromes sont des excroissances non cancéreuses (bénignes) qui se développent dans la paroi musculaire de l’utérus. Bien que les fibromes n’entraînent pas tous des symptômes, certaines femmes peuvent souffrir de douleur ou de saignements importants, du fait de leur taille et de leur emplacement. On observe habituellement une amélioration après la ménopause, lorsque le taux d’oestrogène (l’hormone femelle qui circule dans le sang) diminue fortement. Cependant, les femmes ménopausées qui prennent des suppléments d’oestrogènes (hormonothérapie substitutive) pourraient ne pas observer d’amélioration de leurs symptômes. Les fibromes peuvent être de taille variable, allant d’une grosseur minuscule à une excroissance de la taille d’un melon cantaloup, ou même plus. Dans certains cas, ils peuvent provoquer une croissance de l’utérus similaire à celle observée à cinq mois de grossesse ou plus. Les fibromes peuvent être localisés dans différentes régions de l’utérus.
Il existe trois grands types de fibromes utérins :
  • Les fibromes sous-séreux, qui se développent sur la surface externe de l’utérus et s’étendent vers l’extérieur. En général, ils n’affectent pas le flux menstruel des femmes, mais ils peuvent provoquer un inconfort en raison de leur taille et de la pression qu’ils exercent.
  • Dans le cas de fibromes intra-muraux (interstitiels), qui se développent et s’étendent dans la paroi utérine, l’utérus semble plus volumineux que la normale. Ce sont les fibromes les plus courants. Ils peuvent provoquer des menstruations plus abondantes, ainsi qu’une douleur ou une pression pelvienne.
  • Les fibromes sous-muqueux sont profondément implantés dans l’utérus, juste sous la paroi de la cavité utérine. Il s’agit du type de fibromes le plus rare, mais ils entraînent souvent des symptômes, dont des menstruations abondantes et prolongées.
On utilise parfois d’autres appellations pour se référer aux fibromes, notamment : myome, léiomyome, léiomyomatome et fibromyome.

Quels sont les symptômes typiques ?

En fonction de leur localisation, de leur taille et de leur nombre, les fibromes peuvent entraîner les symptômes suivants :
  • Menstruations abondantes et prolongées, saignements mensuels inhabituels, parfois accompagnés de caillots sanguins. Ces symptômes entraînent souvent une anémie ;
  • Douleur pelvienne ;
  • Pression ou lourdeur pelvienne ;
  • Douleur dans le dos ou dans les jambes ;
  • Douleur lors des rapports sexuels ;
  • Pression sur la vessie, entraînant un besoin constant d’uriner ;
  • Pression sur les intestins, provoquant une constipation et des ballonnements ;
  • Augmentation anormale du volume de l’abdomen ;

Quelles sont les personnes les plus à risque de développer des fibromes utérins ?

Les fibromes utérins sont courants, mais ils sont habituellement de petite taille et n’entraînent pas de troubles. Vingt à 40 pour cent des femmes de 35 ans et plus possèdent des fibromes utérins de taille significative. Les femmes de race noire ont un risque plus élevé de développer des fibromes : jusqu’à 50 pour cent d’entre elles présentent des fibromes de taille significative.

Comment diagnostique-t-on les fibromes utérins ?

Le diagnostic de fibromes s’effectue habituellement lors d’un examen gynécologique interne. Votre médecin réalisera un examen pelvien pour déterminer si le volume de votre utérus est supérieur à la normale. On confirme souvent la présence de fibromes grâce à une échographie abdominale. On peut également confirmer la présence de fibromes par les techniques d’imagerie de résonance magnétique (RM) et de tomodensitométrie. L’échographie, la RM et la tomodensitométrie sont des examens diagnostiques non douloureux. Le traitement dépend de la taille et de l’emplacement des fibromes, ainsi que de la sévérité des symptômes.

Comment soigne-t-on les fibromes utérins ?

La plupart des fibromes n’entraînent pas de symptômes, et on ne les soigne pas. Lorsqu’ils provoquent des symptômes, on débute souvent par un traitement médicamenteux. Celui pourrait comprendre une prescription de pilules contraceptives ou tout autre traitement hormonal, ou l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’ibuprofène ou le naproxène sodique. Ces traitements permettent de contrôler les symptômes chez de nombreux patientes, sans qu’un autre traitement ne soit nécessaire. Lors d’une utilisation prolongée, certaines thérapies hormonales possèdent des effets secondaires et sont associées à d’autres risques, et on les utilise donc de façon temporaire. En général, les fibromes se développent à nouveau après l’arrêt du traitement.
L’étape suivante consiste à essayer un traitement plus invasif. Les options de traitement les plus courantes comprennent :
L’embolisation de l’artère utérine (ou du fibrome).
Un radiologiste d’intervention pratique une petite incision dans l’aine et insère dans l’artère un petit tube appelé cathéter. Lorsque le cathéter atteint l’artère utérine, le radiologiste d’intervention libère lentement dans les vaisseaux des particules minuscules en plastique, de la taille d’un grain de sable. Les particules sont transportées dans un premier temps dans les fibromes, puis dans les vaisseaux, et ne peuvent voyager dans les autres parties du corps. Ces particules stoppent le flux sanguin vers la tumeur, entraînant un rétrécissement de celle-ci.

La myomectomie

La myomectomie est une intervention chirurgicale qui permet de retirer les fibromes visibles de la paroi utérine. La myomectomie, comme l’embolisation des fibromes utérins (EFU), permet de conserver l’utérus et pourrait donc préserver la capacité de la patiente à avoir des enfants. On peut pratiquer cette intervention de plusieurs manières différentes, par hystéroscopie, par laparoscopie et par voie abdominale :

  • Myomectomie par hystéroscopie : on ne pratique la myomectomie par hystéroscopie que pour les fibromes qui sont localisés juste sous la paroi de l’utérus et forment une protubérance dans la cavité utérine. Cette intervention ne nécessite pas d’incision chirurgicale. Le médecin insère un endoscope souple (hystéroscope) jusque dans l’utérus, à travers le vagin et le col de l’utérus, et ôte les fibromes grâce à des outils chirurgicaux spéciaux montés sur l’endoscope. On pratique habituellement cette intervention en consultation externe et sous anesthésie (la patiente est inconsciente).
  • Myomectomie par laparoscopie: on peut utiliser la myomectomie par laparoscopie pour traiter des fibromes localisés sur la surface externe de l’utérus. Le médecin pratiquera de petites incisions pour pouvoir insérer deux sondes dans la cavité abdominale, une équipée d’une caméra minuscule et une autre équipée d’instruments chirurgicaux, afin d’enlever les tumeurs. On pratique cette intervention sous anesthésie générale et la patiente est inconsciente. Le temps de récupération est d’environ deux semaines.
  • Myomectomie abdominale: il s’agit d’une intervention chirurgicale consistant à pratiquer une incision dans l’abdomen afin d’accéder à l’utérus, puis d’une autre incision dans l’utérus pour enlever la tumeur. Une fois les fibromes retirés, on recoud l’utérus. L’intervention se déroule habituellement sous anesthésie générale (la patiente est donc inconsciente), et nécessite un séjour de plusieurs jours à l’hôpital. fibromes présents dans l’utérus est élevé, moins la chirurgie est couronnée de succès. De plus, les fibromes peuvent réapparaître plusieurs années après une myomectomie.

Hystérectomie

Parmi les 500 000 hystérectomies ou plus pratiquées chaque année aux États-Unis, le tiers environ l’est en raison de fibromes. Une hystérectomie consiste en l’ablation de l’utérus lors d’une intervention de chirurgie ouverte. On considère cette opération comme étant une chirurgie majeure, que l’on pratique sous anesthésie générale. Elle nécessite une hospitalisation de trois à quatre jours, et le temps de récupération moyen est d’environ six semaines. Certaines patientes sont de bons candidats pour une intervention plus récente, par laparoscopie. Cette intervention est associée à un temps de récupération beaucoup plus court. À l’heure actuelle, l’hystérectomie reste l’intervention la plus courante pour les patientes souffrant de fibromes. On la pratique généralement chez les femmes qui ont dépassé l’âge d’avoir des enfants, ou qui ont compris qu’elles ne peuvent plus tomber enceintes après l’intervention.

Qu’est-ce que l’embolisation des fibromes ?

Il s’agit d’une intervention peu invasive, ce qui signifie qu’elle ne nécessite qu’une petite incision de la peau. Lors de l’intervention, la patiente est consciente mais sous sédatif – somnolente et ne sentant aucune douleur.

Un radiologiste d’intervention se charge de l’intervention. Il s’agit d’un médecin spécialement formé à l’embolisation des fibromes et autres interventions similaires peu invasives. Le radiologiste d’intervention pratique une petite incision dans la peau (d’une taille inférieure à 1⁄4 de pouce), au niveau de l’aine, au travers de laquelle il insère un cathéter jusque dans une artère. Il guide ensuite le cathéter à travers l’artère jusqu’à l’utérus, en suivant la progression de l’intervention grâce à des rayons X dynamiques (fluoroscopie). Le radiologiste d’intervention injecte de petites particules en plastique, de la taille d’un grain de sable, dans l’artère alimentant le fibrome en sang. Ceci stoppe le flux sanguin et provoque le rétrécissement de la ou des tumeur(s). On traite ensuite l’artère se situant sur l’autre côté de l’utérus.

L’embolisation des fibromes nécessite habituellement une hospitalisation d’une nuit. Après l’intervention, on prescrit généralement des médicaments anti-douleur et des médicaments qui contrôlent les gonflements afin de traiter les crampes et la douleur, deux des effets secondaires courants de l’intervention. Un effet secondaire moins fréquent est l’apparition de fièvre, que l’on traite généralement par acétaminophène. De nombreuses patientes reprennent une activité modérée quelques jours après l’intervention, et la majorité d’entre elles peuvent reprendre leurs activités habituelles au bout d’une semaine.

Bien que la technique d’embolisation pour traiter les fibromes utérins soit pratiquée depuis 1995, l’embolisation de l’utérus ne constitue pas une nouvelle procédure. Cette technique a été utilisée avec succès par les radiologistes d’intervention pendant 20 ans, pour traiter les hémorragies importantes suite à un accouchement. On pratique maintenant l’intervention dans les hôpitaux et les centres médicaux dans tout le pays.


Quel est le taux de succès de la technique d’embolisation des fibromes ?

Les études montrent que dans 78 à 94 pour cent des cas, les femmes ayant subi cette intervention connaissent un soulagement significatif, sinon total, de leurs symptômes, comme les saignements importants et la douleur. L’intervention s’avère également efficace pour traiter des fibromes multiples. La réapparition des fibromes traités est très rare. Au cours d’une étude de suivi des patientes pendant six ans, aucun fibrome embolisé ne s’est redéveloppé.

Le traitement des fibromes comporte-t-il des risques ?

On considère que l’embolisation des fibromes est une intervention très sécuritaire, mais elle reste cependant associée à certains risques, comme c’est le cas pour pratiquement toute intervention médicale. La plupart des patientes souffrent de douleur modérée à intense et de crampes dans les heures suivant l’intervention. Certaines souffrent de nausées et de fièvre. On peut contrôler ces symptômes grâce à des médications appropriées. Un faible nombre de patientes ont présenté une infection, que l’on peut habituellement contrôler au moyen d’antibiotiques. On a également rapporté le risque de lésion de l’utérus, dans 1 pour cent des cas, ce qui pourrait nécessiter une hystérectomie. Un faible nombre de patientes sont entrées en ménopause suite à une embolisation. Ce phénomène est plus courant chez les femmes de quarante-cinq ans ou plus, qui sont proches de la ménopause. La myomectomie et l’hystérectomie comportent également des risques, dont un risque d’infection et d’hémorragie nécessitant une transfusion. Les patientes subissant une myomectomie pourraient développer des adhérences provoquant la fusion des tissus et des organes de l’abdomen, ce qui peut entraîner une infertilité. De plus, le temps de récupération est beaucoup plus long dans le cas d’une myomectomie abdominale, allant généralement d’un à deux mois. Vous devriez discuter avec votre médecin des effets secondaires possibles de toute intervention que vous pourriez être amené à choisir.

Cette intervention va-t-elle affecter ma fertilité ?

Une étude récente comparant la fertilité des femmes ayant subi une embolisation des fibromes utérins à celle des patientes ayant subi une myomectomie a montré des taux similaires de grossesse à succès dans les deux groupes. Cette étude n’a cependant pas été confirmée par d’autres chercheurs, et les effets à long terme de l’EFU sur la capacité des femmes à avoir des enfants ne sont pas entièrement déterminés.

Liste des installations

Contactez les services suivants uniquement si votre médecin a confirmé que vos symptômes sont dus aux fibromes utérins.

Liens rapide

Qu’est-ce qu’un TIPS ?

Un TIPS est une intervention médicale qui aide à corriger les problèmes de flux sanguin dans le foie, un effet secondaire courant de la maladie hépatique. Cette intervention se réalise en l’absence de chirurgie. C’est un médecin spécialement formé, un radiologiste d’intervention, qui réalise cette intervention au sein du département de radiologie.

Pourquoi a-t-on besoin d’un TIPS ?

Un TIPS peut souvent améliorer l’hypertension portale, une affection qui se développe lorsque le flux sanguin normal dans les vaisseaux sanguins du foie est ralenti ou bloqué du fait de la présence de tissu cicatriciel ou d’autres lésions. Le tissu cicatriciel ou les lésions sont le résultat de maladies hépatiques, comme une hépatite ou une cirrhose.
Plusieurs évènements peuvent survenir lorsque les vaisseaux sanguins sont obturés. Des hémorragies apparaissent parfois lorsque le sang tente de s’échapper dans des voies non bouchées. Dans d’autres cas, on observe une accumulation de liquide dans la région autour de l’estomac (un trouble connu sous le nom d’ascite). Le liquide s’accumule parfois dans la poitrine (c’est ce qu’on appelle un liquide pleural).

Que se passe-t-il lors d’un TIPS ?

Le radiologiste d’intervention pratiquera un tunnel dans le foie, qui permettra au sang bloqué de circuler. Une fois le tunnel réalisé, le médecin insérera un petit tube métallique (appelé dérivation ou endoprothèse) dans le tunnel pour s’assurer que ce dernier reste ouvert.
Au cours de l’intervention, le radiologiste d’intervention se guidera grâce à des radiographies et un colorant pour les rayons X (produit de contraste).

Comment dois-je me préparer pour l’intervention ?

Vous ne devez ni manger ni boire après minuit la veille de l’intervention. Indiquez à votre médecin dès que possible toute allergie au colorant pour les rayons X (produit de contraste) ou à l’iode, pour qu’on puisse prendre des précautions particulières lors de l’intervention.
Avant l’intervention, un membre de l’équipe de radiologie d’intervention vous en parlera en détail et répondra à toutes les questions que vous pourriez vous poser.

À quoi ressemble le TIPS ? L’intervention est-elle douloureuse ?

Avant l’intervention, on administre habituellement aux patients des médicaments pour les engourdir. Il arrive que les patients soient complètement endormis par un anesthésiste. Dans tous les cas, on administrera au patient des médicaments antidouleur. C’est le radiologiste d’intervention qui réalise l’intervention, au moyen d’un tube IV dans le cou. Si vous n’êtes pas complètement endormi, le médecin engourdira la région du cou avant d’insérer l’IV.
Une fois l’intervention terminée, il est possible que le médecin laisse l’IV dans votre cou pour que l’on puisse vous administrer d’autres médicaments. Vous n’aurez pas besoin de points de suture après le retrait de l’IV.

Que se passe-t-il après mon TIPS ?

Vous quitterez le département de radiologie et serez transporté dans votre chambre d’hôpital (ou parfois dans une salle de soins intensifs, si votre médecin veut vous garder sous observation rapprochée). Le médecin et les infirmières vous indiqueront quand vous pourrez vous alimenter et combien de temps vous devez rester alité. Vous pourriez être endolori au niveau de votre estomac et/ou de votre cou. Vous pourriez également observer un gonflement ou des ecchymoses au niveau de votre cou. La douleur et le gonflement disparaîtront au bout de quelques jours ou d’une semaine et ne nécessitent en général aucun traitement.
Votre TIPS nécessitera des visites de suivi régulières. Votre médecin devra s’assurer que votre TIPS fonctionne correctement. Les visites de suivi sont généralement réalisées à trois, six, ou 12 mois après l’intervention. Votre médecin vous indiquera le programme exact de suivi que vous devez suivre.

Quels sont les risques associés au TIPS ?

Toute intervention impliquant des vaisseaux sanguins augmente les risques d’hémorragie. Des études récentes indiquent que le risque d’hémorragie sévère est de un à deux pour cent environ. Certains patients sont malades à cause du colorant pour les rayons X. Il s’agit en général de patients diabétiques ou souffrant de maladie rénale, d’asthme ou d’une réaction allergique antérieure au colorant pour les rayons X. Si vous souffrez d’une de ces affections, parlez-en à votre radiologiste d’intervention avant le début de l’intervention. Dans dix pour cent des cas environ, les patients deviennent temporairement confus ou désorientés après un TIPS. On peut habituellement soigner ces troubles après l’intervention, avec des médicaments appropriés. Étant donné que chaque personne est différente, il est possible que certains risques associés à cette intervention ne soient pas mentionnés dans cette publication. Un membre de l’équipe de radiologie d’intervention discutera plus en détail avec vous des risques de l’intervention.

Existe-t-il d’autres options au TIPS ?

Selon les cas, le blocage du flux sanguin dans le foie se traite mieux soit par intervention chirurgicale, soit par TIPS. Vos médecins vous indiqueront quelle méthode ils pensent être la mieux adaptée à votre situation.

Quels sont les bienfaits du TIPS ?

Les bienfaits du TIPS résident dans le soulagement des symptômes en l’absence de chirurgie, et dans un temps de récupération plus court par rapport à une chirurgie.

Liens rapide

Qu’est-ce qu’une endoprothèse ?

Une endoprothèse – parfois appelée « stent » – est un petit tube flexible en plastique ou en treillis métallique de qualité médicale. On l’implante dans le corps pour traiter un certain nombre de troubles médicaux.

Quels troubles médicaux les endoprothèses peuvent-elles traiter ?

On utilise les endoprothèses pour traiter un certain nombre de troubles médicaux :
On utilise le plus souvent les endoprothèses pour maintenir des vaisseaux sanguins obturés en position ouverte après une angioplastie (intervention au cours de laquelle on fait passer un ballonnet, situé à l’extrémité d’un cathéter, à travers le corps jusqu’à la région où le vaisseau sanguin est bloqué). On gonfle ensuite le ballonnet pour ouvrir le vaisseau. Cependant, dans certains cas, la pose d’endoprothèses constitue le principal moyen de maintenir le vaisseau en position ouverte.
On utilise également les endoprothèses pour maintenir en position ouverte les canaux biliaires, ou d’autres passages du corps qui ont rétréci ou qui sont bloqués par des tumeurs ou toute autre obstruction. L’utilisation d’endoprothèses dans ce but particulier s’effectue le plus souvent :
  •  au niveau de l’oesophage, pour traiter des obstructions ou des rétrécissements qui rendent la déglutition difficile ;
  •  au niveau des canaux biliaires du pancréas ou du foie, lorsqu’une obstruction empêche l’écoulement de la bile dans l’appareil digestif ;
  •  au niveau des voies respiratoires, pour traiter les obstructions qui interfèrent avec la respiration normale.
Dans certains cas, on utilise les endoprothèses pour traiter les patients souffrant de maladie hépatique grave. Ces patients connaissent souvent des hémorragies engageant le pronostic vital, car le foie est trop abîmé pour supporter le flux sanguin normal. Une technique appelée TIPS, qui utilise une endoprothèse pour connecter deux veines et diverger le sang du foie, constitue un des moyens de traiter cette maladie.

Comment implante-t-on les endoprothèses dans le corps ?

Le radiologiste d’intervention pratique une toute petite incision dans la peau, de la taille d’un embout de crayon environ. En se guidant par rayons X, il insère l’endoprothèse, montée à l’extrémité d’un cathéter, jusqu’à la région à traiter. Cette technique de radiologie d’intervention est généralement moins traumatisante pour le patient qu’une implantation chirurgicale, puisqu’elle nécessite des incisions plus petites et qu’elle est associée à une douleur moins importante et à des séjours hospitaliers plus courts.

 

Liens rapide

Quelles sont toutes ces histoires à propos des cigarettes ? Cela fait des siècles que les gens fument.

Ce n’est qu’en 1964, lorsque le Directeur du Service de santé publique des États-Unis a publié les premiers rapports sur les dangers de l’usage de la cigarette, qu’on a obtenu des preuves claires et convaincantes en ce qui concerne les dangers du tabagisme. De nouvelles études apportent continuellement des preuves supplémentaires, et l’on sait donc aujourd’hui avec certitude que le tabagisme tue. L’usage de la cigarette est à lui seul responsable du décès de 50 000 Canadiens chaque année – plus que l’alcool, l’héroïne, le crack, les accidents de voiture et d’avion, les meurtres, les suicides et le SIDA réunis.

De quelle manière le tabac abîme-t-il réellement mon corps ?

Une cigarette qui se consume émet plus de 4 000 substances chimiques, dont 43 d’entre elles sont connues pour être responsables de cancer. Les trois substances chimiques les plus dangereuses contenues dans la fumée de tabac sont :
  • le goudron, qui peut provoquer des cancers des tissus avec lesquels il rentre en contact ;
  • la nicotine, une substance créant une forte dépendance qui est absorbée par les poumons et affecte le système nerveux ;
  • le monoxide de carbone, un gaz létal qui diminue la capacité de votre sang à transporter l’oxygène dans l’organisme.
  • Lorsque vous fumez, vous augmentez votre fréquence cardiaque et vous favorisez le développement de « plaque » – une substance collante qui s’accumule dans les artères et entraîne leur durcissement, ce qui contribue à la maladie cardiaque. La fumée de cigarette détruit également les petits cils qui recouvrent vos voies respiratoires, ce qui vous rend plus sensible aux irritations et aux infections pulmonaires.
  • Les cancers les plus susceptibles de se développer en raison du tabagisme résultent du contact direct entre les substances chimiques contenues dans la fumée de tabac et les tissus de votre organisme. Par exemple, le fait d’inhaler la fumée amène les substances chimiques au contact de votre bouche, de votre gorge et de vos poumons. Les fumeurs qui avalent une certaine quantité de fumée exposent leur oesophage et leur appareil digestif aux substances chimiques. Ces substances passent également dans la circulation sanguine, et sont éliminées au niveau de la vessie. L’incidence de cancer dans tous ces organes est entre deux et 14 fois plus élevée chez les fumeurs que chez les non fumeurs.

Suis-je en sécurité si je ne fume que trois ou quatre cigarettes par jour ?

Le tabagisme, sous toutes ses formes et quelle que soit la quantité de tabac consommée, est nocif pour la santé. Par exemple, le fait de fumer ne serait-ce que deux cigarettes par jour double votre risque pour le cancer du poumon. Le nombre de cigarettes fumées, la quantité de fumée inhalée et la durée de votre tabagisme constituent tous des facteurs qui agissent en votre défaveur.

Sérieusement, quels sont les risques de décès dû au tabagisme ?

Un américain sur cinq meurt chaque année à cause du tabac. Le tabagisme est responsable de deux décès sur 10 par maladie coronarienne ou accident vasculaire cérébral, de trois décès sur 10 par cancer, et de plus de huit décès sur 10 par maladies pulmonaires chroniques comme l’emphysème et la bronchite chronique.

Le tabagisme, ça me regarde. Pourquoi quelqu’un devrait-il se soucier de mes actions ?

Votre tabagisme met en danger des personnes innocentes, en particulier les enfants. Chaque année, le tabagisme passif est responsable de 150 000 à 300 000 infections des voies respiratoires inférieures, comme les bronchites et les pneumonies, chez les jeunes enfants. Entre 7 500 et 15 000 d’entre elles conduisent à une hospitalisation. De plus, le tabagisme pendant la grossesse a des effets néfastes sur l’enfant, et peut mettre entraîner son décès.

Si j’arrête de fumer maintenant, ma santé va-t-elle s’améliorer ?

Le fait d’arrêter de fumer réduit les risques associés. Le risque est diminué de moitié cinq ans après l’arrêt du tabac, et est pratiquement nul 15 ans après. C’est pour cette raison qu’on vous recommande d’arrêter de fumer. Maintenant.

Qu’est-ce qu’un radiologiste d’intervention ?

Les radiologistes d’intervention sont des médecins spécialisés dans les traitements ciblés peu invasifs assistés par l’imagerie médicale. Ils se servent de leur compétence à lire les rayons X, les ultrasons, les IRM et autres techniques d’imagerie diagnostique, pour guider de petits instruments, comme des cathéters, à travers les vaisseaux sanguins ou la peau, et traiter des maladies sans avoir recours à la chirurgie. Les radiologistes d’intervention sont des radiologistes qui ont obtenu une certification en interventions peu invasives assistées par l’imagerie médicale. Les radiologistes d’intervention traitent de nombreuses maladies dues au tabagisme.

Certaines des maladies et affections directement liées au tabagisme sont les suivantes :

Anévrisme aortique, athérosclérose aortique, maladie artérielle, asthme, cancer de la vessie, bronchite, cancer de l’oesophage, cancer de la bouche et de la langue, cancer du col de l’utérus, bronchopneumopathie chronique obstructive, athérosclérose coronaire, maladie coronarienne, ménopause précoce, emphysème, cancer de l’endomètre, cancer de l’estomac, infertilité, cancer du rein, cancer du larynx, cancer du foie, cancer du poumon, ostéoporose, cancer du pancréas, ulcère gastroduodénal, accident vasculaire cérébral, cancer de la gorge

On a montré que l’exposition au tabagisme d’une tierce personne (tabagisme passif) est directement liée aux affections suivantes chez les enfants :

Allergie, asthme, bronchite, fente labiale, fente palatine, maladie cardiaque congénitale, toux, mucoviscidose, étourdissements, maladies de l’oreille, maux de tête, hernie, enrouement, démangeaisons du nez, stature plus petite, flegme, pneumonie, naissance prématurée, diminution de la fonction pulmonaire, écoulement nasal, éternuements, ronflements, mal aux yeux, maux de gorge, syndrome de mort subite du nourrisson, amygdalite, infections des voies respiratoires supérieures, troubles digestifs, infection respiratoire virale, respiration sifflante

Le tabagisme pendant la grossesse met l’enfant en danger, et peut entraîner les affections suivantes :

Malformations congénitales, lésion du placenta, lésion des vaisseaux sanguins ombilicaux, augmentation du volume du placenta, mortalité du foetus et du nourrisson, augmentation de l’incidence des naissances prématurées, faible poids à la naissance, mortalité néonatale, malformation vertébrale, avortement spontané, mortinaissance, syndrome de mort subite du nourrisson, grossesse extra-utérine, anomalies urogénitales

Liens rapide

Qu’est-ce que la maladie artérielle périphérique ?

La maladie artérielle périphérique, ou MAP, est un trouble dans lequel les artères qui alimentent les bras ou les jambes se rétrécissent ou s’obturent, ce qui interfère avec la circulation normale du sang. La MAP est le plus souvent la conséquence d’une athérosclérose (durcissement des artères). L’athérosclérose correspond à une accumulation progressive de cholestérol et de tissu cicatriciel, formant ce qu’on appelle une « plaque » qui bouche les vaisseaux sanguins. La MAP peut également être provoquée par des caillots sanguins.

Quels sont les symptômes de la MAP ?

La maladie, qui touche aussi bien les hommes que les femmes, reste souvent sous diagnostiquée et de nombreuses personnes pensent, à tort, que les symptômes font L’ASSOCIAT ION partie du processus normal de vieillissement. Le symptôme de MAP le plus courant est une claudication intermittente, des crampes douloureuses dans la jambe ou la hanche, qui surviennent en particulier lors de la marche. La claudication intermittente survient lorsque, au cours d’un exercice, le flux sanguin dans les muscles des jambes est insuffisant. En général, la douleur disparaît lorsque les muscles sont au repos.
Les autres symptômes peuvent inclure un engourdissement, un fourmillement ou une faiblesse dans la jambe. Dans des cas sévères, vous pourriez ressentir une brûlure ou une douleur au repos dans les pieds ou les orteils, ou développer une lésion, qui ne cicatrise pas, au niveau de la jambe ou du pied. Les personnes souffrant de MAP peuvent également présenter un refroidissement ou un changement de la coloration de la peau des jambes ou des pieds, ou une perte de pilosité au niveau des jambes. Dans des cas extrêmes, une MAP non soignée peut conduire à une gangrène, une affection grave qui peut nécessiter l’amputation de la jambe ou du pied.
Si vous souffrez de MAP, vous avez également un risque plus élevé de développer une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Symptômes de la MAP

  • Douleur dans la jambe ou la hanche lors de la marche ;
  • La douleur disparait au repos ;
  • Engourdissement ;
  • Fourmillement ;
  • Faiblesse dans les jambes ;
  • Sensation de brûlure ou de douleur dans les pieds ou les orteils, au repos ;
  • Lésion, qui ne cicatrise pas, au niveau de la jambe ou de pied ;
  • Jambes ou pieds froids ;
  • Changement de la coloration de la peau des jambes ou des pieds ;
  • Perte de pilosité au niveau des jambes ;

Quelles sont les personnes à risque pour la MAP et pour la claudication intermittente ?

Jusqu’à 10 millions de personnes souffrent de MAP aux É.-U. On estime que 4 millions d’entre elles souffrent de douleur dans les jambes. Les personnes suivantes sont les plus à risque de souffrir de cette maladie :
  • personnes de plus de 50 ans ;
  • fumeurs ;
  • personnes diabétiques ;
  • personnes possédant une surcharge pondérale ;
  • personnes sédentaires ;
  • personnes souffrant d’hypertension artérielle ou d’un taux élevé de cholestérol ;

Des antécédents familiaux de maladie cardiaque ou vasculaire augmentent également le risque que vous développiez une MAP.

Comment diagnostique-t-on la MAP ?

Le test le plus courant pour diagnostiquer une MAP est la mesure de l’index cheville/bras (ICB), un examen non douloureux qui utilise des ultrasons pour mesurer la différence de tension artérielle entre les pieds et les bras. En fonction des résultats de votre ICB, de vos symptômes et de vos facteurs de risque pour la MAP, votre médecin décidera si d’autres tests sont nécessaires. On peut également diagnostiquer la MAP de façon non invasive, grâce à la technique d’imagerie d’angiographie par résonance magnétique (ARM), ou grâce à l’angiographie par tomodensitométrie.

Comment soigne-t-on la MAP ?

Le traitement de la MAP dépend d’un certain nombre de facteurs, comme votre état de santé général et la gravité de la maladie. Dans certains cas, des changements de votre mode de vie sont suffisants pour arrêter la progression de la MAP et pour gérer la maladie. Votre médecin peut vous prescrire des médicaments si des changements de mode de vie ne suffisent pas. On peut également soigner la MAP avec des interventions qui ouvrent les vaisseaux sanguins obturés.
Changements du mode de vie. La plupart des plans de traitement incluent un régime alimentaire faible en gras et un programme d’exercice régulier. Si vous fumez, il est absolument nécessaire que vous arrêtiez tout usage du tabac. Si une diminution du flux sanguin dans les jambes entraîne des traumatismes au niveau des pieds et des orteils, on pourrait prescrire un programme de soins aux pieds afin d’éviter des lésions ou une infection. Ce programme peut inclure une orientation vers un podiatre.
Médicaments. On peut vous prescrire des médicaments qui font baisser le taux de cholestérol ou qui contrôlent l’hypertension artérielle. Il existe également des médicaments qui permettent aux personnes souffrant de claudication intermittente de parcourir une distance considérablement plus importante, sans souffrir, ainsi que des médicaments qui aident à éviter la formation de caillots sanguins ou l’accumulation de plaque dans les artères.

Comment peut-on soigner la MAP lorsque les changements de mode de vie et les médicaments ne suffisent pas ?

Les médecins disposent d’un certain nombre de méthodes pour ouvrir les vaisseaux sanguins au niveau des blocages et pour rétablir une circulation sanguin normale. Dans de nombreux cas, on peut pratiquer ces interventions sans chirurgie, en utilisant des techniques modernes de radiologie d’intervention. Les radiologistes d’intervention sont des médecins qui pratiquent ces interventions en utilisant de très petits tubes, ou cathéters, ainsi que d’autres outils miniaturisés et des rayons X.

Les techniques suivantes font partie des interventions pratiquées par les radiologistes d’intervention :

  • angioplastie – gonflement d’un ballonnet pour ouvrir le vaisseau sanguin.
  • traitement thrombolytique – administration de médicaments anti-caillots directement au niveau des blocages provoqués par les caillots sanguins.
  • endoprothèses – insertion d’un minuscule cylindre métallique, appelé endoprothèse ou « stent », dans le vaisseau obturé. L’endoprothèse sert en quelque sorte d’échafaudage et maintient le vaisseau en position ouverte.
  • pontage par endoprothèse – insertion d’une endoprothèse recouverte d’un tissu synthétique dans les vaisseaux sanguins afin de contourner les artères malades.
Une chirurgie ouverte est parfois nécessaire pour éliminer les blocages des artères ou pour contourner la région obturée. Ces interventions sont réalisées par des chirurgiens vasculaires.

Comment puis-je déterminer si je souffre d’une MAP ?

Si vous pensez souffrir de MAP, il est important que vous consultiez votre médecin traitant pour qu’il vous examine.

Liens rapide

Qu’est-ce qu’une gastrostomie ?

Une gastrostomie consiste à insérer un tube directement dans l’estomac ou l’intestin grêle d’un patient qui ne peut s’alimenter ou prendre des médicaments par voie orale. On peut réaliser une gastrostomie lors d’une intervention chirurgicale, ou au moyen d’une technique de radiologie d’intervention appelée « gastrostomie percutanée », qui ne requiert qu’une minuscule incision de la peau. On peut réaliser une gastrostomie percutanée de façon sécuritaire aussi bien chez les adultes que chez les enfants. On pratique habituellement cette intervention en consultation externe ou bien lors d’une courte hospitalisation.

Pourquoi pose-t-on un tube de gastrostomie ?

On pose un tube de gastrostomie pour des raisons variées. On réalise certaines gastrostomies pour pouvoir alimenter les personnes qui sont incapables de se nourrir ou d’avaler normalement. On peut également recommander une gastrostomie pour les personnes souffrant d’obstruction intestinale chronique, qui ne peuvent tolérer une sonde nasogastrique (tube inséré à travers le nez et qui s’étend jusque dans l’estomac). Votre médecin L’ASSOCIAT ION vous expliquera les raisons pour lesquelles vous devez subir une gastrostomie.

Quelles dispositions dois-je prendre pour qu’un radiologiste d’intervention réalise une gastrostomie percutanée ?

Votre médecin traitant ou tout autre médecin vous orientera vers un radiologiste d’intervention. Un membre de l’équipe de radiologie d’intervention vous examinera. Cette évaluation pourrait nécessiter des tests sanguins ainsi qu’une consultation avec un nutritionniste clinicien qui pourra vous expliquer en détails en quoi consiste l’alimentation par gastrostomie percutanée. On vous expliquera les bienfaits et les risques de cette intervention, et on répondra à toutes les questions que vous pourriez vous poser.

Comment dois-je me préparer pour la gastrostomie percutanée ?

Vous devez vous abstenir de manger, de boire, ou de recevoir une alimentation par sonde nasogastrique pendant au moins six heures avant l’intervention. Vous pouvez cependant prendre vos médicaments habituels par voie orale, avec de petites gorgées de liquide, ou vous pouvez recevoir des médicaments par sonde nasogastrique. En fonction de vos besoins individuels, votre radiologiste d’intervention vous fournira des instructions plus détaillées lorsque votre l’intervention sera programmée.

Que se passe-t-il le jour de l’intervention ?

Vous échangerez vos vêtements contre une jaquette d’hôpital et vous vous rendrez dans la salle de radiologie d’intervention où on pratiquera l’intervention. Celle-ci se déroule habituellement sous sédation légère ou sous anesthésie locale. Dans de rares cas, l’intervention nécessite une anesthésie générale et un anesthésiste travaillera de concert avec le radiologiste d’intervention pour vous surveiller lors de l’intervention.
Une fois dans la salle de radiologie d’intervention, l’intervention de gastrostomie se déroule selon les étapes suivantes :
  • On posera un cathéter intraveineux dans votre bras afin de vous administrer l’anesthésique ou le sédatif, des analgésiques (médicaments contre la douleur), et un antibiotique (médicament contre les infections) si nécessaire.
  • Il est possible qu’on réalise une échographie de la région de l’estomac pour aider votre radiologiste d’intervention à positionner le tube de gastrostomie de façon adéquate – habituellement sous la cage thoracique.
  • On gonflera votre estomac avec de l’air. On injecte habituellement l’air par l’intermédiaire de la sonde nasogastrique, qui est insérée par le nez jusque dans votre estomac.
  • On nettoiera la peau dans la région de l’estomac avec une solution antiseptique et on la couvrira avec des draps stériles. On injectera un anesthésique local dans la peau pour engourdir la région au niveau de laquelle on posera le tube. Dans certains cas, on attachera d’abord l’estomac à la paroi abdominale en insérant de petits dispositifs à travers la peau. On retira ces dispositifs ultérieurement.
  • Le radiologiste d’intervention insérera le tube à travers une toute petite incision de la peau, de cinq millimètres de long environ (environ 1/4 de pouce).
  • La gastrostomie percutanée dure habituellement moins d’une heure. L’intervention n’est pas douloureuse, mais elle peut entraîner un certain inconfort du fait de la dilatation temporaire de votre estomac et de la pose du tube de gastrostomie. Immédiatement après l’intervention, on vous transportera vers une salle de récupération, où on vous surveillera.

Que se passe-t-il après la gastrostomie ? Puis-je rentrer chez moi ?

La plupart des patients adultes et certains des enfants parmi les plus âgés peuvent quitter l’hôpital le jour même de l’intervention, et on prend généralement des mesures pour qu’une infirmière de soins à domicile rende visite au patient pendant les premières 24 ou 48 heures. La plupart des jeunes enfants seront admis à l’hôpital suite à une gastrostomie. Si le radiologiste d’intervention a utilisé des dispositifs d’attache pour insérer le tube, vous devrez retourner le voir cinq à sept jours après l’intervention, pour qu’on puisse vous retirer ces petites attaches lors d’une consultation externe. On vous fournira des instructions écrites avant votre départ de l’hôpital, à propos des soins au tube de gastrostomie, de l’alimentation, des signes avant-coureurs de problèmes potentiels et des numéros de téléphone à composer si vous avez des questions.

Lignes directrices concernant l’alimentation avec les tubes de gastrostomie

Les lignes directrices ci-dessous peuvent vous aider à vous alimenter après une gastrostomie percutanée, bien qu’il soit possible que votre radiologiste d’intervention et votre nutritionniste clinicien aient des recommandations plus spécifiques à votre égard.
Maintenez une position verticale lors de l’alimentation et au cours des 30 à 60 minutes qui suivent. Le fait de vous allonger sur votre côté droit peut également favoriser le passage des aliments ou de la solution de nutrition liquide dans votre corps.
Veillez à ce que les aliments ou la solution de nutrition ne soient pas trop froids. Il est utile de réchauffer la solution de nutrition à température ambiante avant son administration.
Veillez à ce la solution de nutrition ne soit pas périmée ou n’ai pas été ouverte depuis plus de 24 ou 48 heures. Pour éviter sa détérioration, conservez toute solution de nutrition qui a été entamée au réfrigérateur, jusqu’à son utilisation.
Veillez à ce que l’équipement soit parfaitement propre.
On demande habituellement aux patients de rincer le tube avec de l’eau entre les alimentations ou immédiatement après, pour éviter une déshydratation. Cela permet également d’éviter une obstruction du tube. Le volume d’eau que vous pouvez utiliser sans risques varie en fonction de votre poids corporel. Vérifiez auprès de votre médecin, de votre infirmière ou de votre nutritionniste clinicien quelle quantité d’eau est la mieux appropriée à votre situation.
Les médicaments peuvent également obstruer les tubes. Consultez votre médecin ou votre pharmacien à propos de vos médicaments si l’obstruction du tube de gastrostomie devient un problème.
Si vous avez des problèmes avec votre gastrostomie, contactez votre radiologiste d’intervention.

Liens rapide

Qu’est-ce qu’un cathéter de néphrostomie ?

Un cathéter de néphrostomie est inséré dans votre rein, à travers la peau, pour drainer votre urine. Dans certains cas, l’urine est drainée dans une poche de drainage. Dans d’autres cas, le cathéter draine l’urine dans la vessie et vous n’aurez pas de poche à l’extérieur de votre corps. Un blocage ou une perforation de l’uretère (structure qui, en temps normal, transporte l’urine des reins vers la vessie), une préparation à une chirurgie ou à d’autres interventions sur les reins ou l’uretère, font partie des situations qui nécessitent la pose d’un cathéter de néphrostomie.

Quels sont les problèmes qui peuvent survenir avec mon cathéter de néphrostomie ?

Le principal problème qui peut survenir est une infection de la peau et une infection rénale. On peut éviter une infection de la peau en prenant bien soin de la région autour du cathéter. Si, malgré des soins appropriés, une infection de la peau se développe, elle est généralement facile à soigner. Une infection rénale se développe en cas d’obturation du cathéter. Une infection rénale est plus grave qu’une infection L’ASSOCIAT ION de la peau, mais on peut l’éviter. Le meilleur moyen de l’éviter est de faire en sorte que votre cathéter soit changé régulièrement. Si, malgré des soins appropriés, votre cathéter se bouche et vos reins s’infectent, vos médecins peuvent traiter le problème en changeant le cathéter et en vous administrant des antibiotiques.

Comment dois-je prendre soin de la peau autour de mon cathéter de néphrostomie ?

Vous aurez besoin d’aide, étant donné que votre cathéter est situé dans votre dos. Suivez les instructions suivantes, sauf en cas d’indications contraires de la part de votre médecin :
  • Maintenez la peau sèche autour de votre cathéter de néphrostomie. Vous pouvez prendre des douches à condition de couvrir la région avec un plastique. Attachez les bords du plastique à votre peau, pour empêcher l’eau d’y pénétrer. Si la région est mouillée, séchez la complètement après votre douche.
  • Maintenez la peau propre autour de votre cathéter de néphrostomie. Nettoyez la région quotidiennement ou tous les deux jours avec un écouvillon en coton humidifié avec de l’eau oxygénée. Lavez-vous toujours les mains avant de nettoyer la région du cathéter.
  • Couvrez la peau autour de votre cathéter de néphrostomie. Après avoir nettoyé la peau autour du site d’insertion du cathéter, couvrez la région avec un pansement propre. Si le pansement est mouillé, changez-le.

Quels sont les signes d’infection de la peau ? Que dois-je faire en cas d’infection de la peau ?

Les signes d’infection de la peau sont une rougeur, une douleur ou un gonflement de la peau autour du cathéter. Si vous présentez n’importe lequel de ces signes, même de façon très modérée, veuillez suivre les instructions suivantes sauf en cas d’indications contraires de la part de votre médecin :
  • Nettoyer la peau autour du cathéter plus fréquemment. Si vous avez l’habitude de nettoyer la peau et de changer le pansement tous les deux jours, faites le maintenant quotidiennement. Si vous avez l’habitude de nettoyer la peau et de changer le pansement quotidiennement, faites le maintenant deux fois par jour.
  • Mettez une pommade antibiotique sur la peau autour du cathéter chaque fois que vous la nettoyez.
  • Contactez votre médecin si les symptômes d’infection de la peau ne s’améliorent pas dans les 48 heures, ou s’ils empirent malgré les soins supplémentaires.
  • Si vous observez une amélioration rapide des symptômes de l’infection de la peau, continuez les soins supplémentaires pendant une semaine, puis reprenez votre routine habituelle de soins de la peau.

Comment puis-je empêcher mon cathéter de néphrostomie de se boucher, pour éviter une infection rénale ?

Vous ne pouvez pas totalement éliminer le risque d’obturation de votre cathéter de néphrostomie. Cependant, vous pouvez fortement diminuer ce risque en suivant les instructions suivantes :
  • Si votre cathéter de néphrostomie draine l’urine dans une poche de drainage externe, rincez la poche quotidiennement avec de l’eau. Le mieux est d’avoir deux poches à votre disposition, pour que vous puissiez en porter une tandis que vous rincez l’autre.
  • Continuez de vous rendre à vos rendez-vous pour que votre cathéter de néphrostomie soit changé. Dans la plupart des cas, on change le cathéter tous les deux ou trois mois. Le remplacement du cathéter aide à éviter son obturation. Plus le cathéter est long, plus le risque d’obturation est élevé. Il est plus facile de changer le cathéter que de mettre en place le cathéter d’origine. On effectue habituellement ce changement en consultation externe.

Quels sont les signes de blocage de mon cathéter de néphrostomie ? Quels sont les signes d’infection rénale ?

Ces deux problèmes sont souvent associés. Malgré des soins appropriés, votre cathéter de néphrostomie peut s’obturer et entraîner une infection rénale. Les signes de blocage de votre cathéter sont une douleur dorsale et une fuite d’urine autour du cathéter, sur votre peau et le pansement du cathéter. Les signes d’infection rénale sont une douleur, une fièvre et des frissons.

Que dois-je faire si je pense que mon cathéter est bouché ou si je pense souffrir d’une infection rénale ?

Contactez immédiatement votre radiologiste d’intervention et/ou votre médecin traitant. Ils s’arrangeront pour que votre problème soit rapidement traité. Dans la plupart des cas, il sera nécessaire de changer votre cathéter et vous aurez besoin d’un antibiotique. Il sera peut-être nécessaire de vous admettre à l’hôpital. Si votre tube possède un capuchon, retirez ce dernier et connectez le tube à une poche de drainage.

De quoi ai-je besoin pour prendre soin de mon cathéter de néphrostomie ?

  • écouvillons ou boules de coton ;
  • eau oxygénée ;
  • compresses ;
  • sparadrap chirurgical ;
  • pommade antibiotique ;
  • poches de drainage ;
  • Tous ces produits sont disponibles dans les officines ou les magasins de produits hospitaliers. Votre médecin vous indiquera si vous avez besoin de produits supplémentaires qui ne figurent pas sur cette liste ;

Dois-je restreindre mes activités ?

Vous serez endolori pendant une à deux semaines après la pose de votre cathéter. Cela va restreindre vos activités. Après cette période vous devrez continuer à éviter toute activité pouvant provoquer une sensation de tiraillement ou de douleur autour du cathéter, ou un entortillement de ce dernier.

Je dois contacter mon médecin si je souffre d’une infection de la peau qui résiste à mes soins, si je pense que mon cathéter est bouché, ou si je pense souffrir d’une infection rénale. Existe-t-il d’autres situations pour lesquelles je dois contacter mon médecin ?

Oui. Contactez immédiatement votre médecin si :
  • votre cathéter se déplace ou se casse ;
  • vous avez des points de suture et que ces derniers sont lâches ;
  • votre cathéter commence à fuir ;
  • vous observez du sang à l’intérieur ou autour de votre cathéter ;

Quel médecin dois-je contacter à propos de mon cathéter de néphrostomie ?

La plupart des personnes ayant besoin d’un cathéter de néphrostomie sont suivies par plus d’un médecin, et il est parfois difficile de savoir lequel contacter si vous avez des questions ou un problème avec votre cathéter. C’est un médecin spécialement formé, un radiologiste d’intervention, qui a posé votre cathéter. Ce spécialiste travaille de concert avec vos autres médecins (comme le chirurgien, l’interne ou le médecin de famille) pour prendre soin de vous une fois que vous êtes équipé de votre cathéter de néphrostomie. L’équipe médicale qui prend soin de vous préfèrera peut-être que vous contactiez directement votre radiologiste d’intervention si vous avez des questions ou des problèmes qui concernent votre cathéter. Votre équipe médicale pourrait préférer au contraire que vous contactiez d’abord le chirurgien, l’interne ou le médecin de famille. Demandez à vos médecins quelle est la personne que vous devez contacter si vous avez besoin de conseils ou d’aide à propos des soins au cathéter.

Liens rapide

Qu’est-ce qu’une néphrostomie ?

Une néphrostomie est une intervention qui consiste à insérer un cathéter dans vos reins, à travers la peau, pour drainer votre urine. C’est un médecin spécialement formé, un radiologiste d’intervention, qui réalise cette intervention au sein du département de radiologie. En se guidant grâce à des rayons X, le médecin insère le cathéter à l’endroit précis pour pouvoir drainer votre urine. Le drainage par néphrostomie évite d’avoirs recours à la chirurgie.

Pourquoi ai-je besoin d’une néphrostomie ?

On pratique surtout une néphrostomie dans le cas d’un blocage de l’uretère. L’urine, produite par les reins, s’écoule dans la vessie par l’intermédiaire de l’uretère. Une obstruction de l’uretère entraîne un refoulement de l’urine dans les reins. Une douleur et une fièvre font partie des signes d’un blocage de l’uretère, mais certaines personnes ne présentent aucun symptôme. Il faut soigner toute obstruction de l’uretère, même en l’absence de symptômes, car si l’urine ne peut s’écouler les reins pourraient cesser de fonctionner. Le drainage par néphrostomie, en fournissant à l’urine un moyen de s’échapper, peut soulager les symptômes d’un blocage de l’uretère et permettre aux reins de fonctionner. Une néphrostomie est également nécessaire dans le cas d’une perforation de l’uretère ou de la vessie, ce qui entraîne une fuite d’urine vers d’autres régions de l’organisme. Cette fuite peut provoquer une douleur et une infection grave. Le drainage par néphrostomie peut stopper la fuite et aider l’orifice à cicatriser. Enfin, une néphrostomie est parfois nécessaire pour vous préparer à une chirurgie ou à une autre intervention sur vos reins ou sur votre uretère, comme l’extraction d’un calcul rénal volumineux.

Comment dois-je me préparer pour l’intervention de drainage par néphrostomie ?

Si vous êtes déjà admis à l’hôpital – vous recevrez des instructions sur la façon de vous préparer pour le drainage par néphrostomie de la part de vos infirmières et de vos médecins.
Si vous n’êtes admis à l’hôpital que le matin même de votre drainage par néphrostomie – veuillez suivre les instructions suivantes, sauf en cas d’indications contraires de la part de votre médecin :

Alimentation

Vous ne devez manger aucune nourriture solide après minuit la veille de l’intervention. Vous pouvez boire des liquides clairs.

Médicaments

La majorité des personnes peuvent continuer à prendre les médicaments qui leur sont prescrits. Si vous êtes diabétique et que vous prenez de l’insuline, demandez conseil à votre médecin en ce qui concerne un changement éventuel de la dose d’insuline le jour de l’intervention. Si vous prenez l’anticoagulant Coumadin, vous devez en avertir votre médecin pour qu’il puisse interrompre la prise de ce médicament. Apportez tous les médicaments que vous prenez. Toute personne subissant un drainage par néphrostomie devra passer des tests sanguins quelques jours avant l’intervention. Le jour de l’intervention, on vous insérera un cathéter intraveineux (IV) dans une veine par l’intermédiaire duquel on vous administrera des antibiotiques. Les antibiotiques aident à éviter les infections. On utilisera l’IV pour vous administrer d’autres fluides et médicaments durant l’intervention. Elle restera en place jusqu’à la fin du drainage par néphrostomie. Avant le début du drainage par néphrostomie, un membre de l’équipe de radiologie d’intervention (un médecin, une infirmière ou un technologue) vous parlera en détails de l’intervention et répondra à toutes les questions que vous pourriez vous poser.

À quoi ressemble le drainage par néphrostomie ? L’intervention est-elle douloureuse ?

Avant le début de l’intervention, on vous administra des médicaments anti-douleur par l’intermédiaire de votre IV. Votre radiologiste d’intervention utilisera de plus un anesthésique local pour endormir la peau et les tissus profonds dans la région du dos où on vous insérera le cathéter. Vous ne ressentirez ensuite qu’une pression lors de l’intervention.
Les trois étapes principales d’un drainage par néphrostomie sont les suivantes : pose d’une aiguille dans le rein, pose d’un fil-guide plus loin dans le rein et pose du cathéter de drainage. En général l’intervention dure une heure environ, mais il est impossible de déterminer à l’avance la durée de votre intervention.

Que se passe-t-il après le drainage par néphrostomie ?

Une fois l’intervention terminée, vous retournerez dans votre chambre d’hôpital. Le personnel infirmier qui s’occupe de vous s’assurera que vous allez bien. On vous indiquera quand vous pourrez vous alimenter et combien de temps vous devez rester alité. Étant donné que chaque personne est différente, il est impossible de prévoir combien de temps vous devrez rester à l’hôpital.
Si vous souffriez de symptômes d’un blocage de l’uretère avant la pose de votre cathéter de drainage par néphrostomie, vous remarquerez que ces symptômes disparaissent progressivement. Vous serez endolori pendant sept à 10 jours après l’insertion de votre cathéter.
Le diamètre du cathéter de drainage par néphrostomie est inférieur ou égal à celui de l’IV. On connectera le cathéter à une poche de drainage et votre urine sera drainée dans la poche. Dans certains cas, après plusieurs jours, vous n’aurez plus besoin de la poche de drainage et on couvrira le cathéter.

Pendant combien de temps vais-je devoir garder le cathéter de drainage ?

Cela dépend de la raison pour laquelle vous avez besoin du cathéter. Si on pose le cathéter pour soulager un blocage de l’uretère, vous devrez le garder aussi longtemps que le blocage persiste. Votre uretère peut être obturé à cause de calculs, d’une infection, de la présence de tissu cicatriciel, ou d’une tumeur. Certains patients ont besoin d’un cathéter de drainage par néphrostomie à vie. Si on pose le cathéter car votre uretère est perforé, vous devrez le garder jusqu’à ce que l’orifice cicatrise. Si on pose le cathéter pour vous préparer à une chirurgie ou à une autre intervention sur vos reins ou votre uretère, vous devrez garder le cathéter jusqu’à la fin de l’intervention. Vos médecins discuterons avec vous de la durée pendant laquelle vous aurez probablement besoin du cathéter de drainage par néphrostomie.

Quels sont les risques associés au drainage par néphrostomie ?

Le drainage par néphrostomie est une intervention sécuritaire, mais des complications peuvent survenir. Les deux complications les plus courantes sont une hémorragie et une infection. C’est pour cette raison que vous devez rester à l’hôpital après la pose du cathéter. Étant donné que chaque personne est différente, il est possible que certains risques associés à votre drainage par néphrostomie ne soient pas mentionnés dans cette publication. Avant l’intervention, un membre de votre équipe de radiologie d’intervention discutera en détail avec vous des risques associés à votre drainage par néphrostomie.

Quels sont les bienfaits d’un drainage par néphrostomie ?

Si votre uretère est obturé, le cathéter de drainage par néphrostomie soulagera vos symptômes, comme la douleur, la fièvre ou les frissons. Avant le développement de cette technique de drainage, les patients souffrant de blocage des uretères devaient subir une chirurgie pour drainer leur urine. Dans certains cas, le cathéter peut aider les médecins à éliminer la source du blocage. Par exemple, si l’obturation de l’uretère est due à des calculs, il est possible que les médecins soient capables de retirer les calculs à travers le cathéter, sans avoir recours à la chirurgie. Si l’obturation de l’uretère est due à la présence de tissu cicatriciel, il est possible que votre médecin soit capable d’utiliser des instruments à travers le cathéter, pour agrandir l’uretère au niveau de la région de cicatrisation. Votre médecin discutera avec vous de la meilleure approche pour gérer la cause du blocage de votre uretère. Si l’un de vos uretères est perforé, le cathéter drainera l’urine et aidera à empêcher le développement d’une infection grave pendant que l’orifice cicatrise. Dans la plupart des cas, il n’est pas nécessaire de pratiquer une intervention chirurgicale pour fermer la perforation.

Liens rapide

Qu’est-ce que la thrombose veineuse profonde (TVP) ?

La thrombose veineuse profonde est la formation d’un caillot sanguin à l’intérieur d’une veine profonde de la jambe. Il s’agit d’une affection sérieuse qui peut être fatale ou qui peut entraîner des lésions permanentes au niveau de la jambe. Chaque année, rien qu’aux États-Unis, environ 600 000 personnes souffrant de TVP sont hospitalisées. Le taux de mortalité parmi ces patients est de 1 sur 100.

Comment la TVP se développe-t-elle ?

Les veines profondes de la jambe sont entourées de muscles puissants qui se contractent pour combattre l’effet de la pesanteur et renvoyer le sang vers le coeur et les poumons. Des valvules unidirectionnelles situées à l’intérieur des veines empêchent le refoulement du sang vers les régions inférieures. Des caillots sanguins se forment lorsque le système de coagulation de l’organisme ne fonctionne par normalement, et lorsque la circulation sanguine est ralentie du fait d’une maladie, d’une blessure ou d’un manque d’activité.

Quels sont les facteurs de risque pour la TVP ?

Parmi les facteurs qui augmentent le risque de TVP, on trouve :
  • Des antécédents personnels ou familiaux de TVP ;
  • Une immobilité prolongée, due à un accident vasculaire cérébral, à une paralysie, au fait de rester assis ou alité pendant une longue période, ou à un voyage en avion prolongé (ce dernier cas est souvent appelé « syndrome de la classe économique ») ;
  • Une chirurgie récente ;
  • Une hormonothérapie ou la prise de contraceptifs oraux ;
  • Une grossesse en cours ou récente ;
  • Un cancer passé ou présent ;
  • Un traumatisme et/ou des interventions orthopédiques ;
  • Des veines variqueuses ;
  • Une insuffisance cardiaque ;
  • L’utilisation d’un cathéter veineux central ;
  • Une infection inflammatoire de l’intestin ;
  • Des troubles héréditaires de la coagulation ;
  • Une obésité ;
  • Un âge supérieur à 40 ans ;

Quels sont les symptômes typiques de la TVP ?

Les symptômes les plus courants incluent :
  • Un gonflement de la jambe ;
  • Une douleur ou une sensibilité à la pression au niveau de la jambe ;
  • Une fatigue dans les jambes ;
  • Une perte de coloration des jambes ;
  • Des veines de surface qui deviennent plus visibles ;

Comment diagnostique-t-on la TVP ?

Si vous pensez souffrir de TVP, rendez vous immédiatement dans un service d’urgence afin qu’un médecin puisse vous examiner – il s’agit en effet d’une maladie qui engage le pronostic vital. Si votre médecin pense également qu’il peut s’agir d’une TVP, il demandera probablement à ce que vous passiez une échographie des veines de vos jambes. Dans certains cas, c’est un radiologiste d’intervention qui établit le diagnostic de TVP grâce à un phlébogramme, une radiographie de vos veines – ce test permet au médecin de visualiser l’intérieur de vos veines et de localiser le caillot qui bloque la circulation sanguine. Non seulement les radiologistes d’intervention sont capables d’identifier le caillot sanguin, ils peuvent souvent, également, éliminer le caillot et traiter les problèmes sous-jacents au niveau des veines qui ont pu être responsables de la formation de ce caillot.

Quels problèmes la TVP entraîne-t-elle ?

La TVP engage le pronostic vital et peut provoquer des lésions permanentes au niveau de votre jambe :

Embolie pulmonaire

Si on ne soigne pas la TVP, un fragment de caillot peut se détacher et se déplacer dans la circulation sanguine pour aller se loger dans les poumons – il s’agit d’une embolie pulmonaire. Le caillot peut interférer avec la capacité des poumons à fournir de l’oxygène à l’organisme, et si cette interférence est sérieuse elle peut entraîner une insuffisance cardiaque et/ou un décès. Si les personnes souffrant de TVP reçoivent un traitement par anticoagulants de façon précoce, le risque qu’elles développent une embolie pulmonaire engageant le pronostic vital est inférieur à 1 pour cent.

Syndrome post-thrombotique

Le syndrome post-thrombotique, bien que sous diagnostiqué, est une conséquence courante à long terme de la TVP. Lorsqu’on traite la TVP avec des anticoagulants seuls, cela ne dissout pas le caillot sanguin. Les anticoagulants empêchent plutôt la formation de nouveaux caillots, mais le caillot qui est présent dans la jambe persiste. Il se peut que l’organisme le dissolve complètement ou partiellement, mais en attendant les valvules de la veine finissent souvent par s’endommager. L’obturation des veines et la lésion des valvules finissent par entraîner une accumulation de sang dans la jambe, ce qui peut provoquer un syndrome post-thrombotique. Les patients souffrant de syndrome postthrombotique ressentent souvent une douleur ou une lourdeur chronique dans la jambe, un gonflement, des difficultés à marcher, des changements de coloration et de consistance de la peau, et, dans des cas sévères, des ulcérations (lésions) de la peau. Ces symptômes peuvent se développer après quelques mois seulement, ou sur plusieurs années. Malheureusement, jusqu’à 60 à 70 pour cent des personnes souffrant de TVP présentent ces problèmes, à un niveau ou à un autre.

Comment soigne-t-on la TVP ?

On soigne la TVP avec des anticoagulants, pour empêcher un embolisme pulmonaire et une nouvelle formation de caillots sanguins. Pour les patients souffrant de TVP étendue, la thrombolyse par cathéter constitue une autre option de traitement. Pour les patients qui ne peuvent pas prendre d’anticoagulants ou chez lesquels les anticoagulants n’ont pas empêché une nouvelle formation de caillots, la pose d’un filtre dans la veine cave inférieure constitue une autre option de traitement.

Thrombolyse par cathéter

La thrombolyse par cathéter est une intervention assistée par imagerie médicale qui est réalisée par des radiologistes d’intervention. Cette intervention est conçue pour, rapidement, fragmenter le caillot, rétablir la circulation sanguine dans la veine et préserver potentiellement le fonctionnement des valvules afin de minimiser le risque de syndrome post-thrombotique, ou sa sévérité. Le radiologiste d’intervention, assisté par imagerie médicale, insère un cathéter dans une veine de votre jambe, à l’arrière du genou, et le conduit jusque dans la veine contenant le caillot. Il injecte ensuite un médicament thrombolytique directement dans le caillot, au travers du cathéter, et ce à plusieurs reprises sur une période de 24 ou 48 heures. Plus le caillot est récent, plus il se dissout rapidement. On réalise un nouveau phlébogramme pour vérifier que le caillot est dissout et pour détecter tout rétrécissement de la veine qui pourrait entraîner une nouvelle formation de caillot. En cas de rétrécissement, le radiologiste d’intervention peut traiter ce dernier par angioplastie à ballonnet ou en posant une endoprothèse.

Filtre de la veine cave

Pour les patients chez lesquels la thrombolyse par cathéter et la prise d’anticoagulants sont contre-indiquées sur le plan médical, le radiologiste d’intervention peut insérer un petit dispositif de filtration dans la grosse veine de la jambe (la veine cave inférieure), en s’assistant par imagerie médicale. Ce « filtre » de la veine cave agit un peu comme une trappe qui capture les fragments de caillots sanguins.